Close

Support DVD

Disponible

Cadences obstinées

Cadences obstinées

Un film de Fanny Ardant

Avec Asia Argento, Nuno Lopes, Gérard Depardieu, Franco Nero

Margo une femme a abandonné sa brillante carrière de violoncelliste pour l'amour d'un homme. Mais cet homme a un contrat à remplir, contrat qui ne peut pas s'encombrer d'amour... On n'aime jamais de la même façon et en même temps.

Disponible en
DVD

DVD

Bonus

• Interview de Mathieu Amaric et Grégoire Hetzel pour Cinézik
• Les invités d’Olivier Père: Mathieu Amalric
• Entretien avec Mathieu Amalric et John Simenon, réalisé par Pascale Deschamps pour France 2

Langage:

Français, Italien et Portugais


Sous-titres:

Français et Portugais

Caractéristiques:

97 min | DVD 9 | Format 2.35:1 - Ecran 16/9 compatible 4/3 | Couleur | Audio Dolby Digital 5.1 | TOUS PUBLICS

Disques:

1

Casting

Asia Argento - Margo

Nuno Lopes - Furio
Ricardo Pereira - Mattia
Gérard Depardieu - Le Père Villedieu
Franco Nero - Carmine
Tudor Istodor - Gabriel
Johan Leysen - Wladimir
Mika - Lucio, le pianiste

Équipe

Réalisation et scénario : Fanny ARDANT

Produit par Paulo BRANCO
Directeur de la photographie : André SZANKOWSKI
Chef monteuse : Julia GREGORY
Directrice artistique : Isabel BRANCO
Son : Sylvain MALBRANT, Nicolas MOREAU, Ricardo LEAL, Melissa PETITJEAN
Musique originale : Jean-Michel BERNARD
Violoncelle : Sonia WIEDER-ATHERTON
Directeurs de production : Ana PINHÃO MOURA et Raoul PERUZZI


Une coproduction :
Alfama Films
France 3 Cinéma
Leopardo Filmes

Avec la participation de Canal + et France Télévisions
Avec le soutien du CNC


Bande originale éditée par Crystal Record

Fanny Ardant

Fanny Ardant jeune diplômée de Sciences politiques décide de se consacrer à sa passion : le théâtre avant de se tourner vers le cinéma.

François Truffaut lui donne le premier rôle dans La femme d’à côté en 1981. Fanny collabore avec de grands réalisateurs tels qu’Alain Resnais, Costa Gavras, Michelangelo Antonioni ou encore François Ozon. En 2009, elle se tourne vers la réalisation, avec son premier long métrage Cendres et Sang qui sera présenté au festival de Cannes la même année.


Réalisations de Fanny Ardant :


Long-métrage
2013 : Cadences obstinées
Cendres et Sang- Sélection officielle au Festival de Cannes 2009 (Hors compétition)


Court-métrage
2010 : Chimères Absentes - pour l’ONG Art for the World en coopération avec l’ONU


Metteur en scène – théâtre
2008 : Veronique de André Messager
Direction musicale Jean-Christophe Spinosi – Théâtre du Châtelet

Asia Argento

Asia Argento débute sa carrière cinématographique très tôt aux côtés de son père réalisateur de films d’horreur. Déjà populaire auprès du public italien, elle se fait connaître à l’international. On la retrouve ainsi dans la "Reine Margot" de Patrice Chéreau en 1994. Puis Asia tourne avec des réalisateurs reconnus tels que Sofia Coppola dans "Marie Antoinette" et Tony Gatlif Transylvania. Elle tourne également avec Abel Ferrara dans "Go Go Tales". L’actrice alterne entre productions italiennes et internationales.


Filmographie
1989 : Palombella rossa de Nanni Moretti
1993 : Trauma de Dario Argento
1994 : La Reine Margot de Patrice Chéreau
1996 : Le Syndrome de Stendhal de Dario Argento
1998 : New Rose Hotel de Abel Ferrara
1998 : Le Fantôme de l’Opéra de Dario Argento
2000 : Scarlet Diva de Asia Argento
2002 : La Sirène rouge de Olivier Megaton
2002 : xXx de Rob Cohen
2004 : Le Livre de Jérémie de Asia Argento
2005 : Last Days de Gus Van Sant
2005 : Le Territoire des morts de George A. Romero
2006 : Marie Antoinette de Sofia Coppola
2006 : Transylvania de Tony Gatlif
2007 : Boarding Gate de Olivier Assayas
2007 : Go Go Tales de Abel Ferrara
2007 : Une vieille maîtresse de Catherine Breillat
2007 : La Troisième mère de Dario Argento
2008 : De la guerre de Bertrand Bonello
2009 : Diamant 13 de Gilles Béhat
2012 : Dracula 3D de Dario Argento
2012 : Do Not Disturb d’Yvan Attal
2013 : Cadences obstinées de Fanny Ardant

Nuno Lopes

Élève de l’Ecole de Théâtre et du Cinéma de Lisbonne, Nuno Lopes a reçu le Globe d’or du meilleur acteur 2006 pour son rôle dans "Alice" du portugais Marco Martins. Il a collaboré de nombreuses fois aux films produits par Paulo Branco, notamment "Les Lignes de Wellington" et "Opération Automne".


Filmographie
2003 : Ma mère de Christophe Honoré
2005 : Alice de Marco Martins
2008 : Nuit de Chien de Werner Schroeter
2011 : Blood of my Blood de João Canijo
2012 : Les Lignes de Wellington de Valeria Sarmiento
2012 : Opération Automne de Bruno de Almeida
2013 : Cadences Obstinées de Fanny Ardant

Ricardo Pereira

Ricardo Pereira est un acteur portugais particulièrement reconnu pour son interprétation d’Alberto de Magalhães dans le chef-d’œuvre de Raúl Ruiz, Les Mystères de Lisbonne. Il a également collaboré à de nombreuses télénovelas brésiliennes.


Filmographie
2003 Sans Elle d’ Anna da Palma
2003 O Milagre Segundo Salomé de Mário Barroso
2010 Mystères de Lisbonne de Raùl Ruiz
2013 Cadences obstinées de Fanny Ardant

Gérard Depardieu

Révélé en 1974 par Les Valseuses de Blier, il tournera avec Resnais, Truffaut et bien d’autres. Gérard Depardieu a incarné plusieurs personnages historiques ou issus de classique de la littérature française tels que Jean de Florette, Rodin ou Cyrano de Bergerac.

Il est sans conteste l’un des comédiens les plus actifs du cinéma français. Ses plus grands rôles ; Tenues de soirée de Blier, Le Dernier métro, La Femme d’à côté de Truffaut .


Filmographie
1974 Les Valseuses de Bertrand Blier
1987 Camille Claudel de Bruno Nuytten
1993 Germinal de Claude Berri
1995 Le Hussard sur le toit de Jean-Paul Rappeneau
2004 36 Quai des Orfèvres de Olivier Marchal
2010 La Tête en friche de Jean Becker
2011 Le grand soir de Benoît Délépine et Gustave Kervern
2013 Cadences obstinées de Fanny Ardant

Fanny Ardant

Entretien avec la réalisatrice

Comment vous est venue l’idée du film ?

A cause d’une phrase de Marguerite Duras « Attendre l’amour, c’est déjà de l’amour » …ce qui existe et qui échappe à ce que l’on croit, ce décalage entre l’idéal et la réalité. La vie d’une musicienne est sur la corde raide du tout ou du rien. J’ai pensé à une violoncelliste.


Cadences obstinées montre deux trajectoires concomitantes mais opposées, à l’image de ces escaliers qu’on gravit ou qu’on descend : l’édification d’un hôtel et la destruction d’un amour. C’est ça, l’histoire que vous souhaitiez raconter ?

En même temps que l’amour se détruit, l’hôtel se construit. En même temps que Furio s’investit dans son travail, Margo sombre avec la perte de l’amour. Les fondements de l’amour ne sont pas les mêmes chez Margo et Furio comme les fondations de l’hôtel ne sont pas compatibles avec les normes en vigueur. Le personnage de Margo attend de l’amour qu’il soit fulgurant, plutôt qu’accommodant. En demandant à l’amour d’être tout, on le détruit. Elle a tout offert à l’amour, lui sacrifiant la musique, en espérant qu’il la remplisse. Elle n’arrive pas se résigner à sa déclinaison quotidienne. Obsédée par son sentiment de la perte de l’absolu, Margo passe à côté de ce que la vie pourrait lui donner.


Cela signifie-t-il que l’exercice d’un art et l’amour soient incompatibles ?

L’art n’est pas un métier et l’amour n’est pas une habitude. L’art prend la place que l’amour ne remplit pas ou plus. L’art et l’amour, s’ils ne sont pas ennemis restent des adversaires qui, pourtant, se nourrissent l’un de l’autre. Margo, avec la musique et avec l’amour, cherche le point de rupture. Rejouer du violoncelle (même pour une occasion minable) est, pour Margo une façon de se sauver de la dérive. Ce qu’elle apprend de l’art et de ses chemins, elle n’a pas su le comprendre dans l’amour.


Elle dit : « J’ai aimé. Je ne suis plus aimée »

Oui c’est le sentiment de la perte. Abandonnée, elle tombe dans un abîme. Un personnage du film lui dit : « Je préfère détruire que m’habituer à la laideur ». Elle réalise que c’est exactement ce qu’elle croit elle aussi. Elle peut mettre des mots sur ce qu’elle vit. Elle peut précipiter la fin. Furio (Nuno Lopes), lui dit : « Tu te donnes en spectacle. Tu passes pour une folle ». 


Elle est folle ? Ou surtout une femme qui brave les interdits ?

Non , Margo n’est pas folle, elle est toujours dans la tentation de brûler le sacré.
Il y a ceux qui ont une sagesse, qui sont reconnaissants à la vie et ceux qui veulent la brûler
et s’y brûlent.


C’est aussi une femme qui cherche sa place dans un monde viril…

Dans un monde différent.
Elle aime l’antagonisme, l’affrontement parce que dans l’affrontement, on se définit mieux, on est obligé de formuler des choses car si elles restaient obscures, elles seraient perdues.

Cadences obstinées est aussi un film sur la trahison de ses propres idéaux. Des idéaux de jeunesse. Le professeur de musique de Margo lui fait remarquer qu’elle a trahi sa vocation, sa carrière.


Margo a cru en l’amour. Elle a trahi la musique.
Elle porte cette trahison comme une blessure dont elle est la seule coupable. Son double masculin est Carmine (Franco Nero), cet homme aux agissements troubles et illégaux a eu, lui aussi, un idéal, un engagement politique qui a avorté. Il a préféré tout renier et s’ensevelir dans le cynisme et l’arrivisme.


Furio, lui, cherche à ne pas renoncer à son intégrité, sans y parvenir…

Dans son désir de s’en sortir, Furio se bat pour faire les choses bien. Lui, il n’a pas d’idéal, il est pragmatique, il est de bonne volonté mais en acceptant des compromis, il se perd.


Chacun, à sa manière, doit payer ses dettes.

Tout a un prix.
Et choisir quoique ce soit se paye.
C’est l’éternelle histoire du loup et du chien.


Comment s’est effectué le choix des acteurs ?

« La terre appartient à celui qui la travaille » : un acteur qui dit oui à un personnage dans une histoire au cinéma ou au théâtre est toujours le meilleur. J’aime les accents, les mots ont un autre écho, le phrasé a une autre cadence. Les personnages italiens, portugais, hollandais ou roumains ne font que passer dans cette ville jamais nommée, le seul français qui est toujours là est le prêtre Villedieu.


Asia Argento est très animale…

Margo est une femme tourmentée mais ce n’est pas une victime. Sa provocation est une façon de garder l’équilibre qu’elle est toujours sur le point de perdre. Elle est presque énervante et tout d’un coup, désarmante.


Et elle vous ressemble… La voix… La démarche…

Vous trouvez ? (sourire)


Parlons de Gérard Depardieu…

Il est venu comme ça, un soir d’hiver, il a joué le rôle du prêtre comme celui d’un ange gardien qui écoute, qui comprend sans juger, qui attend.

Parlons maintenant de vos choix de mise en scène. C’est un film très pictural.

Souvent je voulais que les personnages soient seuls dans le cadre, sans amorce, comme s’il n’y a plus d’interlocuteur quand on se sent seul. Je voulais des portes fermées, des murs sans issus. Je ne voulais jamais qu’on voie le ciel. Je voulais une ville fantomatique, sans une réelle existence.


La musique est très présente.

Jean-Michel Bernard a composé un thème qu’il a décliné comme une obsession.
Le violoncelle, jouée par Sonia Wieder Atherton, n’intervient que lorsque Margo est violoncelliste, cette musicienne accomplie qu’elle n’a jamais cessé d’être mais désormais sans public. Et puis il y a la chanson de Luigi Tenco « Ho capito che ti amo », une chanson d’amour qui est à la fois comme un talisman et un pressentiment.


C’est un film qui fonctionne par métaphores également.

Oui. La restauration de la fresque est comme une leçon d’apprentissage pour Margo de ce qui peut être sauvé du passé ou tout ce que l’on peut réinventer.


« Cadences obstinées » ? Pourquoi ce titre ?

Les cadences du travail, les cadences musicales, les cadences du cœur.

Revue de presse

Des moments de grâce et quelques maladresses dans ce film de Fanny Ardant, où s'affrontent l'art et l'amour

Telerama

24 heures à Moscou avec Fanny Ardant

Gala